La 5 entre 2 averses

Bon certes le résumé tardait à arriver, mais pour une fois je voulais que celui-ci soit accompagné des photos ! Donc j’ai les photos, reste plus qu’à écrire quelque chose qui tienne la route.

J’ai longtemps hésité, mon choix penchait entre annuler le résumé, faire un tarot ou finalement écrire quelques lignes de notre histoire.

Si vous lisez encore c’est que mon choix est fait.

Lire la suite…

La Caminade 5

Les TTC sortent enfin de leur hibernation ! Tout le monde attendait la Caminade mi-avril, eh bé non ! Et pourquoi qu’on n’a pas fait ça le jour où que tous étaient prêt pour ce jour-là ? Pâques !
Il aurait fallu rouler sur des œufs, et comme on ne voulait pas vous prendre pour des cloches, nous avons sonné le glas du 15 avril.

Donc la Caminade 5 est décalé de quelques jours pour pouvoir vous proposer le meilleur : du qui monte, du qui descend et du KIRI aux ravitaillements ! Et oui encore une fois les TTC innovent, les TTC créent. D’ailleurs pour ce qui est du changement il y en aura, cette année on a mis tous nos cœurs pour le nettoyage, mais il n’y en aura pas à l’arrivée ! Et pourquoi eh bé pas parce que Pâques, Parce que des canards ici y en a pas ! Et qu’on ne va pas vous faire manger du canard qui n’est pas fait comme il faut.

Au final, la Caminade c’est comme d’habitude sauf que ce n’est pas la même date, qu’il n’y a pas de canards et qu’il y a du KIRI !

Bonne rando !

La rando des fêtes 2016

Quand il faut écrire quelques mots de présentation pour la rando des fêtes : c’est succinctement expliquer ce que c’est, et ajouter une bonne pointe d’humour histoire de bien montrer l’esprit festif de la chose. Comme depuis la nuit des temps, le concept est immuable et puis que je ne sais plus quoi écrire de plus que ce qui a déjà était scribouillé. Je propose donc à ceux qui ne connaissent pas, de vous reporter à la rubrique archive et de lire les précédentes présentations pour vous faire une idée.

En fait, je vais profiter du fait que l’on me donne enfin la parole pour avoir une pensée pour les participants à la dernière Caminade. Vous me direz que prendre la parole pour avoir une pensée ça sert à rien, mais vous pouvez penser ce que vous voulez, c’est moi qui écrit !

Donc suite à cette désastreuse Caminade, les TTC ont a cœurs de vous montrer les plus beaux parcours et espèrent que Dame nature sera clémente pour pouvoir rouler sans s’embouer.

Quand j’y pense Dame nature est vraiment chiante, elle nous pourrit la rando d’avril et en plus avec cet amas de flotte dont elle nous a gratifié : les ronces n’ont jamais été aussi nombreuses et méchantes ! Tellement chiante que vous avez compris pourquoi on dit Dame et pas Monsieur nature !

Là… j’en vois déjà quelques-unes monter sur leurs grands 29 pouces et crier à la misogynie ! Que voulez-vous on y peut rien c’est inscrit dans les gènes ! Mais faut bien avouer que pas unes n’est assez conne pour foncer dans la foule avec un camion. C’est à se demander pourquoi barbarie et ignominie sont des mots féminins ? Soit disant la différence entre l’homme et l’animal c’est la conscience, ben je pense que les dieux z’ont pas fait le même boulot pour tout le monde.

Tiens ! Ça me fait penser que si tous les cons coupaient chacun une ronce on pourrait rouler toute l’année sans se griffer ! En débroussaillant 30 bornes 2 fois par ans, les TTC font repentance, pas sûr qu’on soit con, c’est juste au cas où !

Donc vous avez compris : on sera prêt ! Alors venez nombreux et surtout nombreuses, les TTC seront heureux de répondre à toutes vos protestations ! Malheureusement je serais trop occupé ce jour-là pour le faire moi-même.

Par le petit BOUE de la lorgnette

Voici pour clôturer cette Caminade 4, l’excellent reportage photo de : n’ayons pas peur des mots, « the artist » j’ai nommé Olive !

Il sait capter les maigres soupçons de gaieté et de joie dans les yeux éplorés de détresse des pataugeurs de l’extrême. Suivit de son inséparable cadreur, qui n’a pas pu lui faire prendre des clichés des trailleurs tellement qu’ils courraient vite, ils vous font revivre ce dernier dimanche en images.

Pour visionner le diaporama cliquez sur le mot BOUE du titre !

Toujours de boue !

Bizarre comme une nuit éthylo-digestive peut réveiller en nous des sentiments embrumés.
Donc réveillé par la douce odeur des croissants chauds et du café fumant… non pardon, ça c’était juste avant que je me réveille.
Je me réveille donc grâce aux doux claquements de porte et au gai crissement d’une cuillère dans le bol de ma chère et tendre, pour affronter une bonne et nouvelle journée.
Titubant tranquillement jusqu’à mon bol de café frais de la veille, je réfléchis courageusement a ce qui a bien pu se passer… … … Soudain mon cœur canarde, des effluvent d’ail et de persil se rappelle à mon souvenir : non ce n’est pas un rêve la Caminade a bien eu lieu hier !

Je revois maintenant avec mes yeux vitreux le spectacle fou de ces 90 chevaliers et chevalières enfourcher leurs fidèles destriers et partir à la conquête des monts et des vaux pour braver les éléments, tels des croisés partant à l’assaut d’une horde de Sarrazins (heureusement ils n’ont pas traversé le luy).
Finalement 2 heures plus tard, les premiers rentrent, terrassé par la fatigue, les yeux agars. Les couleurs pimpantes de leurs oripeaux transformés en guenilles boueuses font pitié à voir.
Malgré tout, la gaité reste de mise et la collante et perverse boue n’a pas entamé leur bonne humeur. D’ailleurs une fois douchés ils trouvent même la force de faire ripaille devant une gamelle de cœur-frite et quelques cervoises fraîches !
Attablé devant mon café tiède et mon bout de pain rassit, je me demande encore comment on peut se mettre dans des états pareils ?
N’écoutant que mon courage et surtout le besoin de prendre l’air ; je me Sherlock Holmise et part sur un single mené mon enquête directement sur les lieux du sinistre.
Parti comme Sherlock Holmes arrivé dans le bois comme l’inspecteur Derrick les yeux m’en tombent (les bras aussi !). Debout dans la boue, je bous : y a quelqu’un qui a passé le motoculteur sur toute la trace !!
Quelle émotion de penser à tous ces vététistes venus rouler en sachant que ce serait impraticable, les TTC sont fiers d’avoir pu rencontrer des gens comme vous.
Nous espérons très sincèrement vous compter parmi nous pour la rando des fêtes et si le temps le permet nous vous promettons quelle sera plus belle que jamais.
Merci encore pour ce beau dimanche pluvieux en votre compagnie.